Je m’voyais déjà…

20180630_195955DIACONAT. Mon vécu et mes expériences m’ont (dé)montré combien l’image de mon identité diaconale (du moins celle que je me projetais) est à géométrie variable. Mais là n’est pas l’essentiel. Il y a l’appel.


Je m’voyais déjà nourrissant (symboliquement) tous ceux vers qui l’Église (ou la paroisse) m’enverrait. Tous ceux qui n’attendaient que ma venue, parce que je suis diacre.

Et je l’ai fait avec joie (et ça continue). Les ai-je nourris, tous ces gens ? Je le crois. Mais plus sûrement, ce sont eux qui m’ont nourri. En particulier ceux et celles qui affirmaient haut et fort qu’ils n’étaient pas pratiquants.

« Mais tu ne prêcheras pas, car tu n’es que diacre ! » martelait une voix extérieure à moi qui, elle, savait ce que j’étais.

Pardonnez-moi, mes pairs ! J’ai prêché. J’ai commis le péché de chaire, célébrant des cultes le dimanche, aux jours de fête, rompant le pain et donnant le vin. Et même lors du culte cantonal de l’EREN en 2014.
Parce que ça rendait service aux collègues. Et parce que le diacre, c’est le serviteur.  Il a le service dans le sang.
Parce que les plus âgés me comprennent bien : « Vous parlez fort et distinctement ».

Puis, j’ai célébré des services funèbres.
Parce que « notre maman vous appréciait tellement… On a pensé à vous… »

Et il y a eu un, deux, trois mariages (à ce jour).
Parce que « vous, on vous connaît ! »
Des baptêmes ? Laissez un peu de temps aux couples que j’ai bénis de se connaître.

Tout cela, je l’ai fait sans honte aucune, avec fierté même, parce que c’était ma place, mon rôle, mon appel (on dit aussi vocation). J’ai été nourri et ai nourri les attentes et besoins des paroissiens, des collègues, des familles, des couples.

Et à chaque fois, au gré de ces moments, de ces rencontres, de ces accompagnements, il y a toujours eu ce petit mot gentil qui dit tout : MERCI beaucoup, Monsieur le pasteur !

A suivre…

Publié par

meditheo

Diacre dans l'Église réformée évangélique du Canton de Neuchâtel (EREN), auprès des aînés et des personnes fragilisées, Jean-Marc aime bien écrire et partager ses convictions, ses valeurs, ses questionnements, son humeur (bonne ou mauvaise d'ailleurs).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s