Le Carnaval du Locle

Voici le courrier des lecteurs que j’ai envoyé à la rédaction du quotidien ArcInfo.ch. Cette réaction a contribué à un article paru dans le numéro du 29 mars 2018.

Courrier des lecteurs ArcInfo
A propos du Carnaval du Locle à Vendredi-Saint, paru le 28 mars 2018

Quelle idée farfelue a bien pu traverser les esprits des organisateurs du Carnaval du Locle ? Voilà qu’ils choisissent le jour du Vendredi-Saint pour lancer les festivités.

Il me paraît indispensable de rappeler que le carnaval n’est pas d’abord une fête qui chasserait l’hiver. Cette année, on aurait alors été bien inspiré d’invoquer le Bonhomme Hiver !

Non, le carnaval a une signification chrétienne, tout comme Vendredi-Saint et Samedi-Saint, Pâques même si notre société l’oublie. C’est Mardi-Gras, le dernier jour avant d’entrer dans le temps du carême qui conduit du mercredi des cendres à Pâques ; quarante jours pendant lesquels traditionnellement, la viande était absente des repas. On ne le célèbre donc pas quand ça nous chante, ni pour éviter des doublons !

Dès jeudi soir, les Eglises chrétiennes entrent dans la Passion du Christ, où son point culminant, Vendredi-Saint, marque sa crucifixion. Samedi est ce jour du silence de Dieu et de la mort et où le tombeau reste fermé, avant d’annoncer la joie de la résurrection au matin de Pâques. Même les cloches des Eglises catholiques se tairont.

Au Locle, les Guggenmusik rompront ce silence tellement nécessaire dans un monde bruyant de toutes parts. Pas sûr que ce soit une bonne idée…

Jean-Marc Leresche, diacre-aumônier dans l’EREN, Les Ponts-de-Martel

 

Capture d_écran 2018-04-02 à 09.29.41

Voici la réaction de l’historien Jean-Pierre Jelmini, parue dans ArcInfo du samedi 7 avril 2018.

Capture du 2018-04-07 16-00-49.png

Publicités