Tout commence, mais pour aller où ?

MÉDITATION. L’Épiphanie nous parle de la venue de savants qui ont quitté leur pays pour venir adorer celui qu’ils appellent le roi des juifs. Longtemps avant eux, un homme et sa famille reçoit aussi l’appel à quitter son pays.


Textes du jour : Genèse 12, 1-9 | Matthieu 2, 1-12
« Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père et va dans le pays que je te montrerai. »

Préparer le terrain des consciences

Dans un précédent billet, j’ai parlé de mon changement d’insertion professionnelle. C’est le moment de préparer les résidents que je côtoie depuis longtemps pour certains à mon départ. Ce sera un profonds changement autan pour moi que pour eux. L’appel que le Seigneur adresse à Abram (qui n’est pas encore Abraham) m’y aide.

Toute année, comme tout voyage, comporte une part d’inattendu, d’espérance, de crainte aussi peut-être : que nous réserveront ces douze mois à venir ? Nous sommes en marche vers un avenir inconnu, mais pas vide. Car Dieu veille. Il nous précède, il nous accompagne, il nous pousse en avant.

Tous des voyageurs sur la terre

Ne ressemblons-nous pas à Abram qui se voit appelé à quitter le lieu qu’il connaît, ses repères, ses sécurités pour se mettre en route vers un pays encore inconnu ? Ne sommes-nous pas à l’image des sages venus d’Orient, suivant un signe dans le ciel vers une rencontre dont ils ne savent rien ?

Continuer la lecture de Tout commence, mais pour aller où ?

Méditation de Noël : Un Dieu qui bouscule

FÊTE DE NOËL (II)

MÉDITATION. Si Noël n’était qu’un jour dans l’année, ce serait un congé comme un autre. Si Noël n’était qu’une fois dans l’histoire, alors ce serait une commémoration. Noël est une mise en mouvement pour tous les jours à venir et pour toute une vie.


Une promesse au coin des chênes de Mamré (Genèse 18)

Il était une fois un Dieu qui avait décidé de bousculer la vie du monde. Et cela a commencé il y a très longtemps. Ce Dieu-là s’est approché d’un vieillard qui attendait la mort. Il n’espérait plus rien de la vie et avait dû se rendre à l’évidence : sa prière d’un jour d’avoir un fils, un seul, n’avait pas été exaucée. Il s’était fait une raison. Dieu sait. Lui ne savait pas. Ce vieillard s’appelait Abraham.

Un jour, en plein midi, il n’en crut pas ses yeux : des voyageurs improbables passaient à proximité de son campement et les règles de l’hospitalité commandaient de les inviter à s’arrêter, à se reposer, à se rafraîchir, à leur donner à boire et à manger. Ces voyageurs, c’était Dieu qui les envoyait pour faire entendre à Abraham l’improbable : « Tu auras un fils. Bien plus, ta descendance sera aussi nombreuse que les étoiles dans le ciel ou les grains de sable sur la plage. » Abraham dut se pincer pour être sûr de ne pas rêver et gronder Sarah sa femme qui s’était mise à rire sous cape en entendant de pareils propos, car elle avait atteint depuis longtemps la limite d’âge du plaisir et de l’enfantement.

Continuer la lecture de Méditation de Noël : Un Dieu qui bouscule